Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Aires de carénage

Accueil

 

Agents du CSN effectuant un examen de la coque lors d'une visite de contrôle de sécurité en grand format (nouvelle fenêtre)L’activité de carénage des navires, qui consiste à décaper par divers procédés la peinture anti-salissure (ou antifouling), génère des déchets, sous forme de poussières ou de paillettes, pouvant contaminer le milieu marin par ruissellement ou par voie aérienne. Ces résidus contiennent différents contaminants chimiques (biocides, hydrocarbures, micro-plastiques, solvants…) qui peuvent avoir un impact sur l’environnement et la santé humaine.

.
La mise en œuvre de la Directive-Cadre Stratégie Milieu Marin s’est déclinée au travers de l’adoption des Plans d’Actions pour le Milieu Marin au niveau de chaque sous-région marine, puis des programmes de mesures associés. Ces derniers comportent l’ensemble des actions concrètes et opérationnelles répondant à un ou plusieurs objectifs environnementaux, en vue d’atteindre ou de maintenir le bon état écologique des eaux marines à l’horizon 2020.

Une action sur les aires de carénage fait partie des mesures mises en œuvre à l’échelle nationale :

La mesure M013 – NAT2 : Procéder au recensement des aires de carénage des ports de plaisance, inciter à la délimitation et à la mutualisation des aires de carénage et favoriser la suppression des rejets de contaminants à la mer.

Transport de marchandises maritime : vraquier à quai dans le port de Dunkerque en grand format (nouvelle fenêtre)Dans ce cadre, le Centre d’Études et d’expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (CEREMA) a été chargé par le Ministère en charge de l’environnement de réaliser une étude nationale recensant les aires de carénage des ports de plaisance, des zones de mouillage et des chantiers nautiques privés afin d’évaluer leur respect de l’environnement.