Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Éolien en mer au large de la Normandie
 

Les attentes de l’État

Le débat public constitue une phase très importante du développement des futurs projets éoliens en mer au large de la Normandie. En amont des procédures de mise en concurrence, ce temps de participation du public permet d’identifier des enjeux et de les mettre à disposition de l’Etat pour qu’il puisse en disposer pour le processus de décision.

L’État souhaite que le débat public permette :

  • D’engager le public dans la réflexion pour identifier des zones préférentielles.

Le débat public doit permettre de faire s’exprimer le public sur tous les enjeux de la zone maritime et la manière dont ils devraient être pris en compte pour définir la zone d’implantation des projets à venir, et notamment pour le projet d’un gigawatt pour lequel une procédure de mise en concurrence sera lancée à l’issue du débat public.

.

  • De trouver plusieurs zones préférentielles pour des projets éoliens en mer sur lesquelles se dessinent des majorités.

Le débat public doit permettre l’identification de zones préférentielles, sur lesquelles se dessinent des majorités, et qui pourront faire l’objet de procédures de mise en concurrence, dont une première lancée pour 1 GW d’éolien posé à l’issue du débat public. C’est en ce sens que la loi ESSOC du 10 août 2018 a été rédigée.

.

  • D’exprimer les contraintes fortes pour développer de l’éolien en mer dans telle ou telle zone, ainsi que des modalités propices à l’intégration sur le territoire des parcs éoliens en mer, dont celui d’1 GW dont la procédure de mise en concurrence sera lancée à l’issue du débat public.

.
L’État souhaite que le débat public soit l’occasion de faire connaître le cadre de la démarche et des processus de développement de l’éolien en mer en France, notamment le cadre juridique de la procédure de mise en concurrence.