Logo préfècture région
 

Le projet EMR

Les énergies marines renouvelables sont l’ensemble des technologies permettant de produire de l’électricité en exploitant l’énergie de la mer. Les phénomènes marins susceptibles d’être utilisés pour produire de l’énergie sont nombreux. On peut distinguer plusieurs filières énergétiques possibles liées à la mer :
.
  • L’énergie marémotrice (marées)
  • L’énergie éolienne offshore
  • L’énergie houlomotrice (vagues)
  • L’énergie hydrolienne (courants)
  • L’énergie de biomasse algale
  • L’énergie thermique des mers
  • L’énergie liée aux gradients de salinité
  • L’énergie solaire en mer
  • Etc

Chaque filière a un degré de maturité et des perspectives de développement spécifiques. En France, à l’exception de l’usine marémotrice de la Rance, il n’y a pas encore de parc de production installé, mais de nombreux sont en projet et des démonstrateurs sont actuellement testés.

Panorama des sites et projets d'énergies marines renouvelables en France
Panorama des sites et projets d’énergies marines renouvelables en France
Éolien posé : Dunkerque, Le Tréport, Fécamp, Courseulles-Sur-Mer, Saint-Brieuc, Saint-Nazaire, Îles d’Yeu et de Noirmoutier, Oléron. Éolien flottant : Groix, Leucate, Gruissan, Faraman. Hydrolien : Raz Blanchard, Fromveur. Marémoteur : La Rance. Énergie thermique des mers : Bellefontaine (Martinique). SWAC (Sea Water Air Conditionning) : Saint-Denis (La Réunion).

Le Système d’Information Géographique (SIG) EMR
.
Ce projet correspond à un Système d’Information Géographique (SIG) sur les Énergies Marines Renouvelables (EMR) au niveau national (métropolitain) avec une mise à jour régulière d’un ensemble de données techniques, environnementales et d’usage.
.
Le SIG EMR est porté par différentes directions générales du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES). Le but est de pérenniser l’outil mis en place dans le cadre de la première planification portant sur l’éolien en mer posé réalisée fin 2009 – début 2010, afin d’identifier des zones propices pour différents types d’énergies marines.
.
L’objectif est de permettre aux différents acteurs d’avoir accès à la visualisation de l’ensemble des données mer et littorales en rapport avec les énergies marines, notamment dans le cadre du travail de concertation que mènent les différents préfets de région et maritimes pour l’établissement de zones propices. A terme, il s’agit de faciliter les échanges de données entre les différents acteurs des énergies marines.
.
Actuellement le SIG EMR comporte plus d’une centaine de données réparties dans les thématiques suivantes :
.

  • Environnement
  • Paysage et patrimoine
  • Pêche
  • Socio-économie
  • Défense
  • Radar
  • Navigation maritime
  • Navigation aérienne
  • Technique

.
La Planification
.
La planification des EMR repose sur trois étapes. Dans un premier temps il faut identifier les gisements sur la base de critères technico-économiques. Cette identification repose sur des analyses multricritères. Les critères propres à chaque technologie sont fournis par les industriels (vitesse de vent, bathymétrie, vitesse de courant, houle…), puis intégrer. Deux méthodes sont possibles : l’une consiste en un reclassement et une pondération des données ; l’autre intersecte les critères sans hiérarchisation.

Reclassement et pondération :

Intersection des critères sans hiérarchisation pour identification des gisements technico-économiques :

Une fois les gisements technico-économiques identifiés, ces derniers sont affinés en fonction des activités et usages existants (activités de défense, zone de protection radars, routes de navigation…) par les services de l’État selon des critères réglementaires. Ce travail permet ainsi de définir des macro-zones au sein desquelles l’implantation d’EMR est envisageable.
Enfin, un important travail de concertation avec les acteurs est mené afin d’affiner les macro-zones. Ce dernier repose sur la prise en compte des différents enjeux en présence au sein de chaque macro-zone (activité de pêche professionnelles, environnement, trafic maritime…).